Blanchiment des dents : les différentes techniques

La couleur d’une dent dépend de sa composition, de sa structure et de l’épaisseur de chacun des tissus qui la constituent (dentine, émail). Contrairement à ce que l’on peut penser, la couleur des dents ne vient pas uniquement de l’hygiène et du brossage, elle est déterminée de manière génétique.

Le temps n’arrange rien : Au cours de la vie les dents subissent des microtraumatismes créant des microfissures ce qui rend l’email rugueux et c’est là que vont se fixer les débris alimentaires et les taches.

Au fil des années, des facteurs externes et internes peuvent induire un changement de coloration des dents comme la consommation de certains aliments ou boissons colorés comme le thé, le café, le vin rouge ou la cigarette.

Le manque d’hygiène dentaires peut aussi causer une coloration des des dents, les dépôts superficiels tels que le tartre ou la plaque dentaire peuvent jaunir les dents.  Ces dépôts peuvent être minimisés, voire éliminés par un brossage des dents régulier et soigneux, et surtout par un détartrage en cabinet dentaire.

Enfin, l’hérédité (la dentine est plus ou moins brune), la prise excessive de fluorure pendant la formation des dents (entre la naissance et l’âge de 5 ans), qui confère aux dents un aspect “tacheté” ou certains traitements antibiotiques (tétracyclines) peuvent rendre les dents moins blanches ou moins uniformes.

Les techniques de blanchiment dentaire permettent  d’obtenir un sourire plus blanc, plus éclatant et de faire disparaitre des colorations disgracieuses sur les dents.

Cela dit, les produits blanchissants ne sont pas dépourvus de risques, ils peuvent engendrer des hypersensibilités dentaires, une altération de l’émail des dents voire une sensibilisation de la gencive autour des dents mais peuvent aussi induire la perte de « pansements » et favoriser la reprise des caries.

C’est pourquoi avant tout traitement d’éclaircissement, l’examen des dents et de la bouche dans sa globalité par un chirurgien dentiste est indispensable.

Certains dentifrices affirment pouvoir « blanchir » les dents. En réalité, il  contiennent surtout des substances abrasives  qui permettent de « nettoyer » les dents, les agents éclaircissants qu’ils contiennent sont en très faible concentration et leur donnent une efficacité très limitée en terme d’éclaircissement.

Toutes les techniques de blanchiment des dents utilisent le même produit : Le peroxyde d’hydrogène.

Les produits en vente libre (bandelettes ou kits de blanchiment que l’on trouve dans le commerce) contiennent de très faible concentration en peroxyde d’hydrogène ( inférieure à 0,1%) et peuvent être utilisé par le patient seul mais l’effet restera très limité tant dans l’intensité que dans le temps.

De nombreux « instituts » et salons d’esthétiques (bar à sourire) proposent également des techniques de blanchiment dentaire à l’aide de peroxyde d’hydrogène mais celui-ci ne peut pas dépasser la concentration de 0,1%, l’effet est dont très limité.

Seuls les chirurgiens dentistes sont habilités a utiliser des produits contenant plus de 0,1% de peroxyde d’hydrogène.

Ils peuvent alors vous proposer des traitements dits « ambulatoires » que le patient réalisera chez lui à l’aide de gouttières faites sur-mesure. Le patients devra alors placer lui-même le produit blanchissant dans les gouttières et le porter quelques heures par jours (ou la nuit)  durant 7 à 10 jours. Ce type de traitement présente des avantages important, en effet les concentrations utilisées  sont importantes mais plus faible qu’un traitement réalisé au cabinet et donc induisent moins de sensibilités, le patient peut faire des pauses et enfin les résultats du traitement sont souvent plus durables.

Votre chirurgien dentiste pourra aussi vous proposer des traitements « au fauteuil » accompagnés d’une exposition au rayonnement d’une lampe LED. Cette technique se fait en une seule fois, au cabinet dentaire (séance d’environ 2H) mais induit plus de sensibilité et nécessite également le pour de gouttières les jours suivant le traitement.